EN BOBETTES

le

Après une petite pause (parce qu’il faut bien prendre des vacances dans la vie), je suis de retour derrière mon clavier. Je le sais bien que l’année officielle de la NFL commence avec la saison des agents libres, mais pour nous (freaks et geeks du ballon ovale) elle débute avec le Combine qui se déroulera du 23 au 29 février.

AVERTISSEMENT : ami-lecteur si tu souhaites retrouver dans cette chronique une fine analyse des futurs espoirs de la NFL qui seront présents à Indianapolis lors du prochain Weekend, ce n’est pas l’objet du texte. En anglais, NFL.com s’en charge et en français, je t’invite à consulter le Blitz.com qui fait un travail plus qu’honnête.

De toutes façons, toi et moi on sait que les grands médias se criss un peu de tout ce qui n’est pas Canadiens ou athlètes québécois en ce moment.

Donc, le Combine.

Certains disent que le Combine est «over-raté». À cela, je réponds oui et non.

Oui parce que le Combine lorsque je le regarde froidement c’est une règle. Une règle ça sert à quoi? (Question rhétorique ami-lecteur, ne réponds pas, elle ne me sert qu’à introduire une autre de mes explications à l’emporte-pièce).

Une règle sert à mesurer.

Quin toé!

On mesure, à quelle vitesse l’espoir court en ligne droite, en diagonale. À quelle hauteur il saute. On mesure sa taille, son poids, ses mains, ses bras, alouette! Pourquoi? Parce que ses mesures sont souvent imprécises au niveau collégial pour plusieurs raisons. Ça va du flou volontaire entretenu par les équipes aux divers changements rapide du corps des espoirs en question depuis justement les dernières mesures imprécises. Là où ça devient «over-raté»  c’est lorsqu’on pense que ces mesures et ces démonstrations d’habiletés se transposent sur le terrain en joueur de football. L’histoire est remplie d’athlètes dont leurs mesures étaient ordinaires et qui sont devenus de bons joueurs dans la grande ligue. L’inverse est également vrai.

Comprends-moi bien ici ami-lecteur, on est d’accord que ça prend un ensemble d’habiletés pour performer sur la grande scène. Ceci étant dit, des mesures aussi précise soient-elles ne remplaceront jamais l’instinct et le talent. Et ça, c’est un peu plus compliqué à mesurer que la vitesse à laquelle un gars en bobettes court une distance de 40 verges.

combine_jump

Non parce que même si ça fait à peine 3 semaines, je commence (que dis-je?), nous commençons déjà à nous ennuyer. Donc, comme un toxico à qui il manque son fixe, nous sommes prêts à accepter n’importe quoi se rapprochant un tant soit peu à la vraie affaire. Un lineman qui scoop plus qui punch, un receveur qui attrape plus avec ses mains qu’avec son chest, c’est mieux que rien en attendant que la saison commence. Un gars en bobettes qui fait des passes de 50 verges c’est toujours mieux que pas de passe du tout.

Anecdote du Combine

Le sprint sur 40 verges est sûrement un des événements qui attire le plus l’attention. La vitesse tue et moi j’ai très hâte de connaitre les assassins de la prochaine génération. Bref, en 2012 je regarde les WR déployer leur vitesse lorsque se présente aux blocs de départs un certain Stephen Hill de Georgia Tech. Un grand gaillard de 6’4. Il s’élance les yeux fermés et quelques secondes plus tard, il arrête le chrono sous de la barre du 4,4 secondes. Je ne me rappelle plus exactement du temps, mais tout le monde sur le panel du NFL network s’excitait le poil des jambes.

«Grand de même et vite comme ça, il va rapidement faire partie de l’élite de la NFL» disaient les analystes. Ok, c’est vrai que la combinaison taille-vitesse est très utile chez les pros, MAIS il a couru les yeux fermés. LES YEUX FERMÉS CALVAIRE!

On jase ami-lecteur;

As-tu déjà réussi à attraper un ballon les yeux fermés, sauf LA fois au chalet?

As-tu déjà vu un gars faire un tracé les yeux fermés?

Ok peut-être lorsqu’il connait bien son tracé et qu’il est seul sur le terrain, mais avec d’autres joueurs sur le terrain pendant un match?

Aux dernières nouvelles, Stephen Hill n’est pas Luke Skywalker et il ne peut pas se servir de la force pour compenser le fait qu’il court vite seulement avec les yeux fermés.

Il n’est pas Luke Skywalker parce que Luke Skywalker ne court pas en bobettes et aussi parce que Skywalker est un personnage de fiction. Il n’existe pas, comme la Force. C’est un peu la raison d’être du mot fiction dans «science-fiction».

Je vais te le dire ce qu’il est Stephen Hill. Il n’est plus dans la NFL depuis un an parce qu’il n’est pas capable d’attraper le ballon plus que 50% du temps qu’il est lancé dans sa direction.

C’est un gâchis qui aurait pu être évité si au lieu de regarder le chrono du gars, on avait regardé le gars en question.

Les petits détails peuvent parfois faire une grosse différence.

En toute honnêteté

 Tu auras compris que je fais le malin avec mon exemple de gars qui a vu quelque chose que même les exécutifs de la NFL n’avaient pas remarqué. Si je le fais c’est surtout pour dissimuler la fois où je répétais à qui voulait bien l’entendre que Robert Griffin III allait révolutionner la NFL.

Profites du Combine ami-lecteur, ç’arrive rien qu’une fois par année!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s