VEGAS: PARTIE I

C’est dur de vous décrire le voyage que je fais en ce moment avec les frangins et Gama. Las Vegas c’est tellement n’importe quoi. J’ai de la difficulté à structurer mes idées. Alors je vais faire ce je fais toujours dans ces cas-là, je transforme cette chronique en plein de sous-chroniques. Voici donc ma vision désorganisée de Las Vegas.

Le gigantisme

La première chose qui me vient à l’esprit est la dimension de la patente. Avant de partir, j’avais regardé sur Google les bons spots sur le Las Vegas boulevard aka la «strip» et tout m’avait semblé relativement proche, du moins à quelques blocs de distance.

Ben calvaire!

À Vegas les blocs sont grands. Tout est grand. Il n’y a pas beaucoup de petites choses dans ce coin de l’Amérique.

Les déplacements

Une autre particularité de Vegas qui rend la marche moins attrayante que les autres formes de transport est le fait qu’il est pratiquement impossible de marcher vite et en ligne droite. Premièrement, il y a juste trop de monde, tout le temps. Deuxièmement, cette ville est truffée de pièges qui poussent les touristes vers le gouffre de la consommation. Traverser une rue à son coin est un exploit et chaque détour t’éloigne un peu plus de ton profit, littéralement! On ne s’en sort pas, même si le voyage devait être en théorie gratis, on a quand même fini par sortir  nos portefeuilles

Parlez-en à Roos dont une des activités de prédilection consistait à nous convaincre de prendre un taxi avec lui pour ensuite déclarer d’un détachement intéressé : «Je m’en fous, que vous embarquiez ou pas, je prends un taxi pareil.»

Le tourisme sur la Strip

C’est en taxi qu’on est allé au fameux signe qui nous souhaite la bienvenue à Las Vegas.

C’est aussi comme ça qu’en un peu plus de 3 heures on s’est ramassé au Mandalay Bay (l’aquarium de requins), au MGM Grand (le lion d’or), au Luxor (la pyramide) et au Aria (la nouvelle affaire paraît-il).

Un des grands secrets de Vegas : un casino c’est un casino. Ils se ressemblent tous ou presque. C’est essentiellement plein de machines pour les frères Spekto qui n’ont aucune conception de l’étiquette aux tables de jeu. Et il y a les tables de jeu pour Gama, qui, sous ses couverts d’être humain, est en fait un parieur dégénéré. Le genre de joueur pour qui 100$ est un montant minimum à mettre en jeu. Tandis que nous, les frères Spekto, particulièrement Rio et moi, sommes excités comme des gamins lorsqu’une machine nous fait gagner 10$.

Le cash

Tout, je dis bien absolument tout est fait pour qu’on dépense notre argent et beaucoup de notre argent. Comme le taux de change avec l’argent canadien est aussi bon qu’en 1999, ben c’est pas long que tu dépenses une petite fortune.

Des exemples?

Un burger: 16$. Un café over-raté Starbuck: 4$. Un muffin over-raté Starbuck: 4$ Une bière: 6$ Une bonne bière: 13$. Une ride de bus: 6$. Un spectacle de marde : 45$ Un bon spectacle mais avec une place de marde: 100$.

Pas si pire, je suis en vacances? Il faut multiplier tout ça par 1,3 et additionner les frais bancaires. Ça commence à être cher pour un voyage gratis.

Conclusion de cette première partie

Je le sais, j’ai l’air de chialer pas mal, mais on s’est fait du gros fun dans les casinos. Tu peux jouer pas cher. En plus, on te sert des drinks gratis en autant que tu joues et que tu donnes un bon pourboire. Tu peux t’habiller comme tu veux, les gougounes sont acceptées. Tu peux même entrer avec ton propre alcool dans n’importe quel établissement. Oui oui! Ça fait drôle au début d’arriver dans le lobby d’un casino Corona à la main, mais personne ne dit rien et on te laisse passer.

C’est malade!

Ah oui, j’allais oublier. Pour ceux qui se demandaient si j’ai réussi à m’asseoir avec les pilotes dans la cabine lors du vol vers Vegas, ben non. Ils nous ont donné les derniers sièges de l’avion. Tsé ceux qui ne s’inclinent pas, à côté des hôtesses et des toilettes? Je ne vous dis pas le bruit et les odeurs.

P.S. La bière à 13$ était vraiment bonne. Un stout de Stone. Le barman m’a fait son baratin: «Elle goûte le café, le chocolat, le poivre et les épices.» J’ai regardé le barman l’air de lui dire: «N’importe quoi.» Ben j’ai pogné de quoi. Une des meilleures de ma vie. Genre top 5. Mets ça dans ta pipe Philozique!

20160228_141256

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Rio Spekto dit :

    C’est vrai qu’elle était vraiment bonne ta bière frérot… Au moins t’as pas pogné une maladie durant le voyage. C’est mieux que Roos!!!

    J'aime

    1. Roos Spekto dit :

      Rio, fais pas chier! T’avais juste à me prêter quelques capotes… Phil, je t’aime bien mais ton article aussi est over-raté!

      J'aime

  2. Mandy dit :

    Félicitations pour ce post 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s