VEGAS : LE RETOUR

C’est une drôle de sensation que celle de revenir de voyage. J’arrive à l’avance à l’aéroport pour ne pas manquer le vol. Passé les formalités, j’attends le vol. Une fois à l’intérieur de l’avion, j’attends le décollage pour ensuite attendre l’atterrissage. Passé les formalités, j’attends mon bagage et boum! Je me retrouve dehors à Montréal.

Peu importe d’où j’arrive, j’ai toujours une impression de calme, un peu comme si la ville dans laquelle j’arrivais avait un rythme plus lent que celle d’où je venais de partir. J’y reviens encore, c’est une drôle de sensation. Encore plus étrange lorsque je passe de 28 à -10 degrés Celsius.

Rencontre fortuite

Faque je sifflote en sortant de l’avion avec les frères et Gama lorsque j’entends «Heyyyyyyyyyyy Roos!» C’était Philozique qui trainait le Pro et une valise roulante.

– Vous faites quoi les boys?

– On arrive de Vegas, répondit Roos avec entrain. Après tout, Philozique et le Pro sont ses amis, il doit être content de les revoir. Personnellement, je n’ai rien contre eux mais le football et boire de la bière, c’est vulgaire.

– Cool! Nous on s’en va à LA!

– Faire quoi?

– Boire de la bière! répondit Philozique avec enthousiasme.

– En fait, on a réussi à obtenir une entrevue avec Von Miller le MVP du dernier SB, ajouta le Pro qui se contenait à peine.

Même encore aujourd’hui, j’ai de la difficulté à comprendre Roos. Il a beau être mon grand frère depuis toujours, des fois le gars me fait l’effet d’être un étranger. Et c’est exactement ce qui s’est passé après les dernières paroles du Pro lorsqu’il a répondu un peu bêtement avant de tourner les talons «OK ben cool, bon voyage les mongols.»

Était-il jaloux?

Aurait-il aimé faire parti de l’aventure?

Dur à dire. Rio et moi (en fait plus moi vu que Rio se criss de tout), on s’est senti mal à l’aise avant de partir à la suite de Roos qui se dirigeait d’un pas furieux vers les douanes.

– Ça va?

– Criss lui patience Phil. Tu vois ben que ça le fait chier.

– C’est pas parce que toi tu te criss de tout que je suis obligé de faire comme toi Rio. Ça va Roos?

– Criss moi patience le jeune. J’ai pas envie d’en parler.

– Calvaire! Scuse-moi de me soucier de ton humeur. Rappelle-moi la prochaine fois que tu te fais chier d’en rajouter une couche tant qu’à être dans marde! Pourquoi tu souris Rio? Encore à te faire du fun sur le malheur des autres?

Cela va sans dire que le temps passé dans la file avant la douane s’est déroulé dans un malaise silencieux. Rio souriait, parce qu’un malaise pour lui c’est comme le soleil, ça lui réchauffe le cœur. Bref, arrivé à notre tour, Gama est passé en premier et je me suis dépêché à y aller après lui.

– Vous arrivez d’où?

– Las Vegas.

– Vous êtes resté combien de temps?

– Une semaine.

– À quel hôtel?

– Le Hilton grand Vacation.

– Quelque chose à déclarer?

– On choisit pas sa famille.

– Pardon?

– Vous voyez les 2 gars avec des lunettes derrières moi? J’attendis que le douanier regarde Roos et Rio d’un air suspicieux avant de hurler : BEN C’EST 2 OSTIES DE CONS!

C’est beau, j’ai compris. Je ne suis pas toujours si calme que ça lorsque je reviens de voyage…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s