LES AVENTURES À MOTO DE MA RUSH EN 2016

Collaboration spéciale de MA RUSH

Quand le printemps arrive, j’ai des fourmis dans les jambes…. Et ça commence même à la fin février, lors du salon de la Moto au Palais des Congrès. Pour un beau 15$, je peux entrer au Salon, m’assoir sur des Harley à 42 000$ que je ne pourrais  jamais  me payer,  voir des filles en petites tenues faisant la promotion des constructeurs  italiens, et renifler les derniers  vêtements de protection en cuir ‘’made in Pakistan’’ qui sont vendus par des exposants plus que douteux…. Au moins, ça met dans l’ambiance !

Si je suis chanceux, la neige fond rapidement en mars et je peux enfin sortir Sporty du garage familial.  Trop souvent cependant, avec notre climat continental humide montréalais, les mauvaises surprises sous forme de slush, verglas, grésil et autres maudites perte de temps de mère nature viennent retarder la première sortie de la saison. Ultimement, nous finissons par atteindre notre premier 15 degrés vers le milieu avril et je peux enfin faire gronder le moteur de cette Harley Sportster 2013. En avril et en mai cependant, je dois être aux aguets pour éviter les cratères, nids d’autruches et autres obstacles gracieusement offerts par notre Ministère des Transports et la belle mégalopole de Denis Coderre.

Que dire de cette moto, ma Sportster bien aimée ?  La suspension est un peu rude.  Un gars comme Rio, avec son dos en carton, souffrirait le martyr s’il la chevauchait ne serait-ce que quelques minutes. Dans l’univers plus que Macho du constructeur de moto de Milwaukee, la Sportster est un ‘’bike de fille’’. C’est vrai que lorsqu’on la compare aux grosses cylindrées de 1700 et de 1800CC comme la Street Glide ou la Fat Boy, elle semble un peu faible à 1200CC… Cependant, son poids relativement normal en fait une monture très facile à manier et permet au moteur d’exercer une véritable poussée d’énergie permettant d’atteindre une vitesse de pointe de 187 km/h, soit près de 20km/h de plus que les grosses cylindrées. Alors, pour l’appellation ‘’bike de fille’’, on repassera…

En 2013, peu de temps après l’achat de ma Sporty chérie, j’ai cependant été la pauvre victime d’un commentaire de mononcle lors d’un arrêt à une station Shell de Longueuil. Un monsieur édenté, qui faisait le plein et qui avait possiblement trop respiré de sans plomb V-Power,  me lance du tac-au-tac :

-Ton Harley sonne pas comme un Harley !

-Et comment ça ?

-On dirait une tondeuse !

– J’ai gardé les silencieux d’origine mon cher monsieur et le son est ben correct de même, j’ai pas besoin de faire tant de vacarme pour me sentir ‘’Homme’’….

Le gars est rembarqué dans sa Corolla avec son Big John et son orangeade dans les mains, et sa fierté un peu ébranlée…

Ainsi, ce printemps et cet été, grâce à mes amis du blogue Spektophiles , j’ai l’intention de vous tenir au courant de mes tribulations sur ce cheval de fer. Et je tenterai peut-être de répondre à la question à mille dollars : les femmes craquent-elles pour un gentil biker qui a une moto de fille ?

‘’I’m a cowboy, on a steel horse I ride

I’m wanted dead or alive’’

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s