THE ROCK SANS LE ROCK

le

Persévérant dans sa quête amoureuse, The Rock ne recule devant aucune difficulté pour atteindre son but. Hélas, le chemin est parsemé d’obstacles et le type n’utilise pas toujours les bons outils pour arriver à ses fins. Dans un élan de générosité spontanée, une rencontre d’urgence dans un lieu céleste pour ajuster le tir. Quatre points de vue pour ouvrir des horizons; venez pas dire que Roos Spekto n’a pas de coeur après ça…

Clarifions tout de suite un détail. Rio tenait à se rendre au Dieu Du Ciel! le plus tôt possible après la job, question de se bâtir un fond digne de ce nom avant la virée à L’Esco et de vider son sac contre Phil qui ne cesse de l’écoeurer en parlant de sa mère. Un jour, je te promets de t’expliquer les péripéties de notre père et de nos trois mères si tu ne me mets pas trop de pression, ok? Bon, revenons-en à The Rock. Je l’ai invité à se joindre à nous en espérant aussi le convaincre de vivre une soirée rock en notre présence, le but était de le décoincer un peu.

Plus on est de fous plus on rigole, le vieil adage est toujours vrai car dès l’arrivée du Stud et de Gia, les conseils et commentaires fusaient de partout. The Rock ne savait jamais s’il devait les enregistrer ou les ignorer tant les rires noyaient parfois les paroles. Vois-tu, le pauvre gars rencontre des femmes qui ont menti (ou pas tout dit) à propos de certains détails importants à ses yeux: poids, activités, reproduction, animaux domestiques, disponibilité, etc. Pis lui, il est tellement transparent que tu peux voir au travers après deux minutes. Gia le lui a d’ailleurs souligné, en tentant de lui faire comprendre que toute vérité n’est pas nécessairement bonne à exprimer. The Rock s’est énervé un brin, a lâché un caaaaaaaalice gras comme les cheveux de Jean Leloup et a affirmé que la bonne saurait apprécier cette qualité extraordinaire qui fait de lui un homme unique. Et encore seul avons-nous tous pensé à voix haute!

Le Stud lui a prodigué quelques trucs de son cru, mais The Rock grimaçait à chaque fois. « C’est pas la sexualité le problème, c’est avant! Je sais quoi faire rendu dans le lit, j’ai une bonne moyenne au bâton mettons, mais l’affaire… c’est que ça se rend même pas là! Je rencontre des filles sur un site supposément sportif et j’apprends qu’elles aiment simplement marcher quelques minutes entre deux boutiques, d’autres prétendent aimer les arts mais ne veulent pas m’accompagner à l’opéra ou au musée, sans oublier celles qui écrivent disponible en tout temps sur leur fiche mais qui ont deux enfants une semaine sur deux, un chien pas capable de passer plus de huit heures tout seul, une nouvelle job à apprivoiser pis un voyage à Cuba la semaine prochaine! »

C’est là que mon frère et moi avons tenté le grand coup: le convaincre de venir à L’Esco avec nous. Après cinq bières, on croyait bien l’avoir (en fait, The Rock n’en avait que deux derrière la cravate), mais il a décliné l’invitation, prétextant entre autres excuses ne pas être habillé convenablement. Mauvaise idée, on l’a poivré pendant un quart d’heure sur sa tenue vestimentaire. Un homme arborant le stylo dans sa poche de chemise un vendredi pour boire de la bière n’a pas les odds de son bord. Rio a tant bien que mal réussi à lui voler son stylo et à lui détacher deux boutons, l’opération a foiré puisque The Rock a payé sa facture puis quitté et la seule personne excitée dans la place était le serveur qui découvrait en mon frère quelque chose que je n’ai pas le goût de décrire ici…

******

Je ne peux malheureusement pas raconter le reste de la soirée avec la rigueur habituelle qui me caractérise puisque la dernière Chaman au DDC! et les deux pintes supplémentaires à L’Esco étaient de trop. Mon cerveau embué se souvient d’une belle fin de set de Capable! et d’une solide prestation des trois autres bands, BonVivant, Oh My Snare! et Lost Love. Et à défaut de The Rock, c’est Le Stud qui complétait le trio. Crois-moi, ami lecteur, c’est tout un joueur de centre celui-là! Partout sur le dance floor, la gent féminine était subjuguée devant son style flamboyant et sa grâce. Tous les jeunes loups qui cherchaient à l’affronter de la hanche et de l’épaule s’envolaient comme de vulgaires petits chiots édentés. Dommage que The Rock n’était pas là pour prendre des notes…

P-S: Connais-tu ce coin de rue? C’est là que je me suis réveillé quelques heures plus tard. Aucune idée comment Le Stud et Rio ont terminé leur soirée…

WP_20160415_015

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s