LARMES AUX YEUX

Ris pas de mon titre, lecteur moqueur, j’essaie de m’ouvrir un peu. Dans le but de m’aider à devenir une meilleure personne, ma psy m’a fortement recommandé d’exprimer mes sentiments au lieu de tout conserver à l’intérieur.  À date, ça fonctionne plutôt bien. Je contrôle mieux ma colère et je prends un peu plus soin de mes frères. Vois-tu, j’ai même pas pété les plombs quand j’ai lu le torchon merdique de Phil hier avant d’aller au Pouzza. C’est clair qu’il me provoquait, pourtant, j’ai respiré profondément avant de me décider de ne pas répondre à sa missive incendiaire. T’as pas lu sa pitoyable complainte? T’as rien manqué…

WP_20160522_002

Avant de m’emporter, je reviens à mon idée de départ; c’est-à-dire te raconter ma superbe journée de dimanche au Pouzza. Et le vendredi? Et le samedi? Tu peux lire le papier de mon chum Philozique, si ça t’intéresse, ou celui de mon frère Rio prochainement. Moi, c’est le dimanche qui m’a ému. Particulièrement l’après-midi au Jardin des Bières. Arrête de sourire en pensant que je me suis saoulé comme un trou, tu as tout faux. Six petites consommations au soleil, c’est pas ça qui va altérer mon jugement et mon état général, hein? Si tu me crois pas, tu demanderas à Pousty, il te confirmera mes dires. Il arrêtait pas de nous faire souffler dans son alcoolomètre portatif. Peu importe, je m’égare. Ce qui m’a touché le plus, c’est de voir toutes ces familles sur les lieux, sans oublier ces bénévoles, ces punks éméchés de la veille, ces cercles d’amis tissés serrés, cet itinérant sympathique qui me rappelait tellement Papa, ces artistes… cette ambiance paisible, festive et invitante finalement.

Privilégié, j’étais au milieu d’un groupe extraordinaire. Plusieurs Houblongols, quelques membres de leurs familles, Le Stud, le weirdo à Latraverse qui n’arrêtait pas de fixer Daniel Boucher (le gars qui chante La Désise entre autres tubes tsé), Philozique… ouais, je pense que c’est à peu près ça. Est finalement monté sur la scène ce gars assez spécial merci, Green Cup qu’il se fait appeler, un one man band. C’était un mélange de folk pis de rock and roll. Intéressant, mais surtout impressionnant de le voir aller. Drum, guitare, voix et harmonica; faut le faire, n’est-ce pas.

DSC_0134

Puis ce fut le tour de cette rafraîchissante jeune femme, Ariane Zita. Elle a su, petit à petit, autant avec sa voix et sa musique que par ses commentaires entre les chansons, gagner l’attention et l’intérêt de la foule dispersée. Du rock indie pertinent qui mérite une écoute plus attentive dans un futur très proche. N’en parlez pas à ma psy svp, elle me reprochera de m’amouracher trop rapidement une fois de plus…

DSC_0143

Deux minutes avant l’heure tant attendue, un moment de grâce est venu m’habiter. Alex, Jean-Loup et Hugo déchiraient le silence avec les premières notes de Mouche à Marde. Il n’en fallait pas plus pour que je cale les derniers millilitres de ma bière et lève mon cul pour chanter et danser. Gramme de Mort a réveillé le sosie de mon père. En transe, il bougeait comme un dément. Ce n’est pas Enfant de Chienne qui allait calmer les choses pour lui et pour nous, oh que non! Il n’y avait peut-être pas des milliers de gens présents, mais personne ne quittait le parc à l’exception de quelques égarés. Une petite nouvelle, La Mer des Tourments, s’est habilement glissée dans ce set de classiques. Une punkette anglophone pétée à je ne sais quoi frappait tout ce qui bougeait… ou pas! Après quelques chutes sur le foin séché tapissant le sol, elle s’est tenue tranquille avant de s’éclipser dans la nature.

DSC_0151

DSC_0158

Mon groupe culte a fini très fort en exécutant avec fougue et bonne humeur Tout pour le Rock, Caisse de Douze, Fantastik Strapagosse, Né pour être Sauvage et Jour de Paye. Une trentaine de minutes bien remplies; on en aurait pris le double facilement. C’est le prix à payer dans une formule festival, on peut vivre avec ça. Merci WD-40, on se revoit très bientôt. Simili Papa avait les yeux pleins d’eau, il ne voyait clairement pas les choses de la même façon. Ne trouvant ni les bons mots ni les actions adéquates à poser, j’ai cru bon me diriger vers mes potes à la recherche d’un autre havre punk et alcoolisé…

DSC_0170

DSC_0206

Merci à Isabelle Leduc pour ces merveilleux souvenirs visuels!

POUZZA 2016

DANCING FOR DECADANCE – BARRASSO – TOUT POUR LE ROCK –  FUCK LE POUZZAFEST – HUGO AND THE MUDIE

 

 

 

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s