FRIDAY NIGHT LIGHTS : LE LIVRE

le

Amateur de football, tout comme moi tu as vu le film. Tout comme moi, tu as vu la série. Tout comme moi, tu les as peut-être visionnés plus d’une fois lors de l’entre-saison en attendant le retour du mois de septembre. Le film est excellent, la série est parfois franchement bonne quoiqu’un peu inégale. Alors j’imagine que tu sais aussi que le film et la série sont inspirés d’un livre «Friday night lights/ A town, A team, A dream» écrit par H.G. Bissinger publié il y a plus de 25 ans en 1990.

L’œuvre de Bissinger relate avec candeur la saison 1989 des Panthers de Permian un «high school» d’Odessa, une ville de l’Ouest du Texas, une des terres saintes du football américain.

Ce n’est pas un livre de stratégie des X et O. Ni sur ce que ça prend pour connaitre du succès comme entraineur d’une équipe de football d’une école secondaire au Texas. Ce n’est pas non plus un «play-by-play» de chacune des parties des Panthers, même s’il y a du football, beaucoup de football.

En fait le livre est un portrait figé dans le temps (1989) d’Odessa une ville complètement obsédée par des adolescents qui jouent au football le vendredi soir. Bissinger ne se contente pas de commenter ce qui se déroule sur le terrain, il ratisse large.

Il décrit de quelle manière les succès de l’équipe affectent le marché immobilier, les parcours scolaires des joueurs, le financement des écoles et les relations avec les villes voisines et rivales de l’équipe de Permian. Il aborde également la politique avec l’élection de Gorge Bush (père), l’économie du pétrole au Texas et la place qu’occupe le racisme dans cet environnement.

Le portrait est loin d’être toujours rose. C’est d’ailleurs une des forces du livre, on ne sent pratiquement pas de jugement de la part de l’auteur. Il présente les choses comme elles sont et nous laisse porter un jugement bien personnel sur ce qu’il nous présente.

Ce n’est pas tout-à-fait exacte, il y a bien une chose transparaît dans l’écriture de Bissinger: l’amour pour les gens de cette communauté qu’il a côtoyé pendant presqu’une année, en particulier les jeunes de l’édition 1989 des Panthers de Permian.

Le livre nous dresse un portrait plus complet et moins romancé que ces versions cinématique et télévisuelle. Même si on est ici beaucoup plus dans le (très long) documentaire que dans l’histoire fictive inspirée d’un fait vécu, l’auteur réussit admirablement bien à captiver son lecteur.

Seul bémol et il est de taille pour certains: à ma connaissance, le livre n’a pas été traduit en français. Il existe plusieurs éditions, mais elles sont toutes en anglais. Cependant, le vocabulaire est accessible pour ceux qui sont familiers avec l’univers du football et qui possèdent une maîtrise intermédiaire de l’anglais. Si tu écoutes tes games à l’automne en anglais et que tu es capable de tenir une conversation un peu plus longue que les banalités d’usage, tu devrais t’en tirer sans trop de difficultés.

Bref, tu cherchais à compléter ton expérience «Friday night lights» et/ ou tu t’ennuies de notre sports préféré? Arrête de te tourner les pouces, le livre de Bissinger est pour toi!

MOJO! MOJO! MOJO!

 

L’IMPORTANT

EN VRAC: VERS LE REPÊCHAGE 2016

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s