LES PICKLES C’EST OVER-RATÉ

le

– Vraiment!

– C’est ce que je te disais, vraiment tough!

Roos, l’allure plein de confiance, l’a saisi des mains de Rio. «Donnez-moi ça. Je vais vous montrer comment on ouvre ça un pot de pickles.» Au début, il forçait sans démontrer d’efforts puis son visage a progressivement viré rouge tomate trop mûre.

– CALVAIRE! Pickles de marde pourris.

À l’ombre d’un arbre au centre du Parc Lafontaine, on s’est esclaffés comme une voiture qui accélère, du plus en plus fort.

– Hey les frères Spekto! Vous faites quoi les malades? C’était Philozique accompagné de Dubby, de Spitty et du Pro qui débarquaient d’on ne sait où la démarche incertaine en cette fin d’après-midi ensoleillé.

Après les salutations d’usage, Roos a mis au parfum les joyeux lurons sur les raisons de notre présence en ces lieux en tendant le pot de pickles à Philo.

-Quoi? Vous voulez que je l’ouvre pour vous? Vous avez quel âge? 2 ans et demi?

– Tu seras pas capable, a répondu Rio avec un sourire narquois, en fait aucun de vous ne va être capable.

«Ben voyons!» Philozique a commencé par coincer le pot dans sa main gauche et avec la droite a essayé de faire bouger le couvercle. Rapidement, les tremblements sont arrivés et il a été forcé d’abandonner.

– C’est pas de l’autre bord qu’il faut tourner, Philo? dit le Pro pour en ajouter une couche.

– Essaye donc voir, si t’es si smatt Le Pro du Club.

Le même manège a recommencé, le Pro se butait au pot de pickles et son niveau de frustration a grimpé plus vite que Challenger en 1986 avant d’exploser : «TABARNACK!»

– Voyons? Passe-moi ça, flanc-mou.

C’a été aux tours de Spitty puis de Dubby d’essayer. Différentes personnes, résultat similaire. Même Gama, qui faisait son jogging dans le coin, s’est arrêté pour tenter sa chance. Rien à faire, le pot restait clos comme Excalibur attendant le Juste pour être sortie de la pierre.

Une petite brise venait nous rafraîchir et faire bruisser doucement les feuilles des arbres tandis qu’une idée faisait son chemin vers mon trou à conversation. «On appelle le Stud! Si lui peut pas, personne va jamais être capable».

– Ben non, c’est Pousty qu’on call, s’est objecté Roos.

– As-tu déjà vu le Stud se battre? L’ours pirate en état d’ébriété doit sûrement être en mesure d’ouvrir un petit pot de pickles!

– Ben oui je l’ai déjà vu se battre. J’étais là, Phil, la semaine passée quand y s’est battu avec le jardinier municipal au coin Pie-IX et Henri-Bourassa. Rien d’impressionnant, dans mon souvenir le Stud a fini étendu dins pissenlits, c’est pas très glorieux. C’est un ours mal léché le Stud! Pis Pousty y’a les mains épaisses comme des t-bones. C’t’un mécanicien, finit Roos, comme si la job du dit Bruno était un argument convaincant.

– OK d’abord, on les appelle les deux, on verra bien c’est qui le plus fort!

Satisfaits par le compromis, Roos s’est chargé de Pousty et moi, j’appelais le Stud.

– C’est qui?

Je vous ai déjà dit que le Stud était un homme de peu de mots, un homme d’action? Ben voilà comment ça répond au téléphone un homme d’action.

– C’est Phil! On a besoin de toi!

– Le jeune.

– Phil! Je m’appelle Phil!

– Le jeune… Qu’est-ce tu veux, le jeune?

– On est au parc Lafontaine et j’ai besoin de toi pour ouvrir un pot de pickles.

– …

– Si tu viens pas, les autres vont penser que t’es pas capable, que t’es faible. Ah oui! J’allais presque oublier! Roos est en train d’appeler Pousty, faque…»

Le Stud avait raccroché comme il avait répondu. Allait-il venir? Au fond de moi, je me doutais bien qu’il ne pourrait pas refuser un défi comme celui-là. C’est un homme d’action, un vrai. Il ne se défile pas devant l’adversité et il ne raterait sûrement pas une occasion de démontrer son statut de mâle dominant. Ouvrir un pot de pickles, c’est peut-être le dernier rempart du mâle alpha au 21ème siècle.

30 minutes plus tard, les deux champions sont apparus simultanément par des chemins opposés. L’un et l’autre se fixaient d’un regard intense avant l’ultime confrontation. Droit comme un chêne, la barbe grisonnante et les cheveux aux épaules, le Stud en imposait et me rappelait Silverbarbe dans l’œuvre de Tolkien. Pousty, plus petit que son opposant, mais plus massif, beaucoup plus massif, avait quant à lui des airs de Bud Spencer les poils en moins.

Le pot de pickles a quitté les mains de Dubby guidé par sa propre volonté et est allé flotter entre le Stud et Pousty soutenu dans le vide par la seule force qui émanait de ces deux titans.

L’intensité du face à face des deux colosses était difficile à soutenir tellement de la puissance s’en dégageait. On avait tous cessé de respirer, le vent ne soufflait plus et la Terre avait arrêté de tourner. Chacun attendait dans une immobilité qui semblait perpétuelle.

Guidé par son instinct, Silverbarbe s’est attaché les cheveux, d’une seule main, la bonne, il a saisi le pot. Tous ses muscles se bandaient et son visage a pris une teinte pourpre alors qu’une veine gonflait près d’une de ses tempes.

– Le pot va lui péter dins mains si ça continue! s’est exclamé Rio complètement fasciné par le spectacle.

Soudainement, sans prévenir, le Stud s’est effondré. Comme ça, il venait de sombrer. Le pot l’avait quitté et lévitait devant Pousty comme s’il attendait d’être ouvert.

Roos et moi, on s’est précipités vers le Stud. «Yé tu correct?» Tombé dans un sommeil profond, le vénérable géant ronflait et semblait en communion avec l’au-delà puisqu’on pouvait entendre un caverneux «Yoomni Woooooooo» à chacune de ses expirations.

«Vloc»

– Qui voulait des cornichons? Pousty tenait le couvercle de sa main droite et nous tendait le pot ouvert de sa main gauche. Ce pot qui semblait si petit et insignifiant tenu par ses t-bones.

Nous étions ébahis, mais tout de même déçus de ne pas avoir assisté à l’ouverture du pot. Rio a répondu ingratement: «Ah men, enlève-moi ça de la face, ça pue le vinaigre!

– Ça fait pas juste puer, c’est dégeu les osties de pickles de marde! a rajouté l’aîné Spekto.

Fallait voir la face de notre Bud Spencer imberbe, défaite.

– Êtes-vous sérieux? Vous vous êtes acheté un pot de pickles juste pour l’ouvrir et pas en manger? Vous en fumer de l’ostie de bon les Spekto!

Voici les réponses de Roos, Rio et moi qui ont achevé notre sultan chauve :

– Qui t’a dit qu’on l’avait acheté?

– Y’était en dessous du banc quand on est arrivés tantôt.

– De toutes façons, Pousty, les pickles, c’est over-raté!»

 

Passer la tondeuse dins pissenlits                  Les pissenlits de Yoomni Woo

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Pousty dit :

    J’aurais pu sauver l’honneur du Stud en essayant le premier. 😉

    J'aime

  2. furynocturne dit :

    J’aurais été du genre à faire : « Donnez-moi donc ça ! ».
    *Essaye de l’ouvrir mais sans succès*
    *Regarde les autres de gauche à droite*
    *Lance le pot au sol qui se fracasse*
    *Pogne un pickles et le croque comme si ne rien n’était en s’en allant*
    Et, en passant, les pickles c’est vraiment bon ! Je ne vois pas pourquoi l’aîné Spekto ne les aime pas !

    J'aime

    1. Phil Spekto dit :

      Pas juste qui aime pas les pickles, personne aime les pickles! Bon sauf toi on dirait bien. Je te promets donc de ne pas maltraiter de pickles dans ma prochaine chronique.

      J'aime

      1. furynocturne dit :

        Yeah !

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s