ROOS ET LE MICRO

Le dernier poème de Roos n’est pas sans m’inquiéter. Malgré l’enthousiasme de ses frères, je le sens profondément perturbé à l’idée de partir à la quête de quelques vérités du passé. Déjà que le type est fragile et, surtout, vulnérable ces temps-ci. Il n’a pas touché à la dive bouteille depuis trop longtemps, il ne cesse de refuser toutes les avances de la gent féminine avec un stoïcisme olympien, il boit aveuglément les paroles (et sûrement autre chose) de sa psy et il ne donne de nouvelles à personne. Même sa belle-mère (la mère de Phil) m’a avoué qu’il est instable et toujours sur le bord des larmes. On est loin du Roos Spekto glorieux qui enfilait les consommations et les demoiselles tel un métronome enragé et qui ne s’en laissait imposer par personne, peu importe la situation.

C’est non sans peine que je vais vous raconter ce qu’il s’est passé le premier samedi aux FrancoFolies, question de vous démontrer à quel point l’aîné des Spekto n’est pas tout à fait dans son assiette par les temps qui courent. Je sais qu’il m’en voudra un brin, mais je ne peux plus conserver cela pour moi. Peut-être même pourriez-vous l’aider si vous le croisez!

Voici l’histoire telle qu’elle s’est déroulée.

Le 11 juin dernier, j’avais invité mon pote Roos à venir faire son tour au Mondial de la bière, croyant que son « jeûne » était terminé. Après quelques courriels et textos, je ne reçus aucune réponse de sa part. J’en déduisis instantanément que l’intérêt n’y était pas. Je me contentai de lui tendre une perche pour les Francos en soirée au cas où prendre l’air lui ferait du bien. Comme la veille avait été bien arrosée, je m’étais promis de demeurer relativement sage pour être en forme jusqu’en fin de soirée. Défi relativement difficile quand Karisma est dans les parages. Ce gars a l’air si tranquille derrière son visage angélique et son charisme plus grand que nature, mais diantre qu’il se transforme en petit diable de la tentation après 3-4 consommations (c’est-à-dire après une quinzaine de minutes!) Et quand des lurons comme Rio Spekto, Gia et Spitty se joignirent à nous, la soif devint étrangement plus tenace. Malgré tout, je conservai tant bien que mal mon plan de match initial en ne suivant pas le rythme effréné de mes compatriotes.

Autour de 18H00, The Rock apparut avec deux bières en sa possession; il avait des coupons « à passer » au plus vite. « Je r’viendrai pas demain, j’ai une date dans l’nord de bookée! » Quand Karisma lui demanda s’il s’agissait de la même prospecte que la veille, un certain malaise s’installa autour de nous. Rio secoua les troupes en affirmant à voix haute que Kaptain Kustard nous attendait au Benelux dans une demi-heure. Il n’en fallait pas plus pour flamber les 35 derniers coupons en quelques instants. Le serveur de Brasseur de Montréal n’en croyait pas ses yeux tellement sa Double Docker descendait bien dans nos verres…

Au Benelux, Kaptain Kustard était tout feu tout flamme. Accompagné d’une jolie dame nommée Anonyma, il buvait sa bière à grandes gorgées entre deux récits. Parmi ceux-ci, il y avait cette soirée de spiritisme de la veille qui avait été fort émouvante à l’écouter. On y reviendra bientôt, promis. Mais là, il fallait se dépêcher pour ne pas rater la prestation de Rouge Pompier. Alors après une dernière consommation pour la route, nous quittâmes le Benelux en direction de la Scène Loto-Québec en zigzaguant gaiement sur le trottoir mouvant de la rue Jeanne-Mance…

La température fraîche avait ralenti les ardeurs de The Rock et des deux dames du groupes. Galant comme pas un, Kaptain Kustard se mit torse nu pour vêtir sa douce d’une peau additionnelle. On sentit The Rock et Gia un peu jaloux. Afin de se réchauffer autrement, Kaptain engloutit rapidement deux canettes de Molson Canadian. Peut-être que cette action fut cruciale pour la suite des événements. En effet, après quelques chansons des frères Pompier, un semblant de trash prit naissance devant la scène. Un étrange homme camouflé dans son hoodie, à la Bill Belichick (mon pote Le Pro du Club serait fier de moi), jouait particulièrement dur comparé aux autres participants. Tel un justicier sans cape, Kaptain asséna quelques mises en échec bien placées au solitaire à capuche pour calmer ses ardeurs. Cela fonctionna un temps. Un court temps.

Alors qu’Alex Pompier lança un micro à la foule afin que celle-ci puisse hurler un brin sur Oudepelaille, Kaptain l’attrapa au vol. Mal lui en prit, car lorsque vint le temps de crier le désormais fameux Ooooooouuuuuuuu éternel, l’agressif personnage se lança sur l’ami Kustard, lui arracha le micro des mains, l’écrasa au sol et hurla comme un cannibale affamé le Ooooooouuuuuuuu si attendu, si long (au moins 20 secondes) et si festif, du moins habituellement. Le band ne s’aperçut de rien, la foule non plus, mais Kaptain Kustard rongeait son frein aplati sous les pieds du chanteur improvisé. Quand il put enfin se libérer de son tortionnaire, le torse bien gazonné qui lui donnait un air de diable de Tasmanie, il chercha à se venger et tira avec force sur le hoodie du gringo. Et c’est à ce moment précis, alors que le capuchon se déplaça suffisamment pour découvrir une partie du visage de l’étranger, que je le reconnus. Je ne pouvais le croire. C’était mon ami Roos, Roos Spekto lui-même. Je le vis prendre ses jambes à son cou et quitter le parc à la vitesse de la lumière. Clairement, Kaptain ne l’avait point reconnu, idem pour tous les autres. Je ne voulais pas le dénoncer avant de lui avoir parlé…

Voilà en gros le récit de ma dernière « rencontre » avec Roos. Depuis l’envoi de son poème, il se fait discret pas à peu près. Même ses frères n’osent me répondre. Je tends ici une perche pour provoquer quelque chose. Je pense que Roos a besoin d’aide; quelqu’un peut le secouer?

DANS LA MÊME VEINE

LE POÈME DE ROOS

LA PHOTO MYSTÉRIEUSE

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s