SOUVENIR D’AMOS

le

Parfois on s’absente un peu, pas pour mal faire, c’est qu’on s’éloigne un peu malgré sois. On s’enlise dans quelque chose qui devient vite une habitude malsaine. On se gratte le bobo même si on sait que ce n’est jamais la chose à faire. Mais on gratte pareil! Pis ça pique, faque on se gratte… Et c’est parce qu’on se gratte que ça démange… Pourtant, c’est tellement plaisant de se gratter quand ça fait mal!

Depuis trois semaines je me gratte les bobos à l’Espace Public.Je vous en reparlerai de cet espace… Un repaire de fusées! Depuis trois semaines que Phil prépare notre départ et que je fais beaucoup plus semblant de l’aider que de l’aider réellement. Depuis trois semaines que je bois pour deux. Roos est parti dans une dérape avec une Psy au lieu d’une bouteille, Phil m’organise, moi je suis en perte d’équilibre. C’est ça des fois être le frère du milieu… Tu le sait pas, mais ça te prends deux pôles qui te stabilisent malgré eux.

Parfois creuser dans la cour du voisin ça produit des secousses tectoniques qu’on ne devinait pas à priori.. Tu creuses un peu question de déterrer une grosse roche qui encombre malgré elle le terrain voisin au tien. Elle est là depuis toujours sur son boutte de sol et oblige un peu le pauvre gars à tourner en rond quand l’envie folle lui prend de prendre une marche dans sa cour… Toi, tu vois ben quand tu le regardes que ça a pas de bon sens de tourner en rond de même. Faque tu te retrousses les manches pis tu vas la sortir de là la crisse de roche. Tu fais ça pour bien faire… Mais tu t’appercois pas dans ta frénésie de pelle mécanique que la terre t’as garoches de ton bord de clôture.

Depuis qu’une photo a provoquée un seisme chez les Spekto. Depuis qu’avec Phil l’idée folle de déterrer des fantômes nous a pris… Ben je me ramasse à broyer du noir. Je me suis réfugié à l’Espace Public. Ça me calme de me retrouver là… Je bois probablement trop en me perdant dans la contemplation de la faune local, dans la chaleur rassurante de l’endroit et dans la douce frénésie des lieux… J’en profite pour admirer l’envols des pigeons… Je me perds dans le bruissement de leurs ailes mal aimées et j’ai la mémoire qui s’envole à rebours.

Depuis trois semaines que je vie à plusieurs endroits simultanément. Je me suis multiplié dans l’espace temps. Aurais-je découvert en creusant dans la cour de mon frère un étrange don d’ubiquité? Je pars pour le Vietnam avec Phil retrouver nos racines familiales tout en fouillant dans la terre noire et trouble de ma jeunesse… Je suis à la fois sur la route de l’Asie et de l’Abitibi.

Parfois s’absenter un peu trop longtemps de quelque part c’est oublier que c’est de là qu’on vient un peu..

 

LA FEMME DE LA PHOTO (2)

LA FEMME DE LA PHOTO (1)

VIVRE MES ÉMOTIONS EN PAIX

6 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s