LA CONSPIRATION DU SOUS-SOL

Au rez-de-chaussée d’une maison de Pointe-aux-Trembles par une soirée chaude et humide du mois d’août, un homme dans la jeune quarantaine préparait de la limonade. Les sons étouffés de la conversation animée au sous-sol qui remontaient dans la cuisine faisaient pousser un sourire discret sur son visage émacié.

Autant d’invités que de verres de limonade sur son plateau. «Oui, ça pouvait marcher», se disait-il. C’est ce soir que les choses allaient enfin changer pour de bon. Cela faisait plus d’un mois qu’il préparait cette soirée. Rassembler tout ce monde sans alerter les frères Spekto n’avait pas été une mince affaire. Pourtant, il y était arrivé, ils étaient tous là.

Il n’y aurait pas de meilleure occasion pour présenter son projet. Il versa le breuvage citronné dans les verres. Inspira et expira un grand coup. Prit son plateau et se dirigea vers l’escalier menant au sous-sol. Au moment où il tenta de l’ouvrir, la porte s’ouvrit brusquement sur lui. Il bascula vers l’arrière suivi du contenu de son plateau. C’est assis et mouillé derrière la porte qu’il  vit une petite silhouette émerger de l’ombre.

– Heille! ça te dérange que je fasse de la poudre chez toi? dit Karisma qui sans attendre une réponse continua son chemin vers la toilette adjacente à la cuisine. Criss MA RUSH, ça t’aurait pas tenté de te changer, tu sues comme un cochon, t’es tout mouillé. Stu moi où ça sent le citron icitte? ajouta-t-il avant de disparaître aux chiottes.

Criss que ça commençait mal!

Quelques instants plus tard, s’étant changé et ayant renoncé à la limonade, MA RUSH descendit finalement rejoindre ses invités. Il avait eu le temps de se calmer et il était prêt à révéler son plan pour renverser le blogue des Spektophiles et ainsi reléguer les frères Spekto dans l’oubli de l’Internet.

L’occasion était parfaite. Roos semblait plus que jamais être perdu, lui qui naviguait sur les eaux infernales de son Styx personnel. Rio était revenu du Vietnam affaibli physiquement et plus que jamais troublé par les éléments de son passé qui s’étaient révélés à lui pendant le voyage. Quant à Phil, le plus jeune des frères Spekto, il n’était tout simplement pas revenu avec son frère et on ne savait toujours pas s’il reviendrait un jour.

En arrivant au sous-sol, MA RUSH voulut se placer à l’une des extrémités de la grande table rectangulaire qu’il avait achetée pour l’occasion. Cependant, la place étant déjà occupée. Il demanda donc timidement à son occupant de lui céder la place.

– Pourquoi? Tu peux t’asseoir ailleurs, y reste plein des chaises vides, répondit nonchalamment le Stud, mais sur un ton qui ne laissait pas de place à la discussion. Sais-tu à quelle heure arrive Rio? J’ai hâte qu’il me raconte ça son voyage en Asie.

– Rio viendra pas ce soir.

– Ah non? Qu’est-ce qu’on fait icitte d’abord? Pousty! Chips icitte y dit que Rio viendra pas à soir!

Pousty, assied à l’autre extrémité de la table, face au Stud, était en pleine conversation avec Dubby et Kaptain Kustard lorsqu’il entendit son nom. «De kossé?

– Chips dit que Rio viendra pas.

– Je m’appelle MA RUSH.

– Pourquoi tu portes des lunettes de Chips d’abord?

– Mais là si Rio vient pas, Roos vient-tu au moins? dit Pousty d’une voix dans laquelle on percevait une pointe d’inquiétude. Qu’est-ce qu’on fait icitte?

– Aucun des frères Spekto va être là ce soir, répondit MA RUSH plus fort qui ne l’aurait souhaité. La frustration qu’il sentait monter était de plus en plus difficile à contenir.

– Ben là, si les frères Spekto sont pas là, moi je m’en vais! déclara Kaptain Kustard, dont le manque d’indépendance et d’autonomie face au trio de frangins était plus documenté que l’assassinat de Kennedy.

Gama et Dubby, comme deux Robins suivant leur Batman, se levèrent en même temps que le Kaptain. MA RUSH, sentant le contrôle de la soirée lui échapper, décida de tout déballer.

– Si je vous ai fait venir ici ce soir, c’est parce que je voulais qu’on se parte un blogue à la gang pour remplacer les Spektophiles. Y ont pratiquement rien produit au mois d’août et en juillet ils se sont perdus dans leurs histoires. Pis on était où nous pendant tout ce temps?  C’est un peu comme si on avait cessé d’exister. Quand ils veulent rire de nous, là on existe. Il ne se gêne pas. Mais quand les choses deviennent sérieuses, on disparaît. Je veux dire, j’aurais dû y aller au Vietnam.

– T’aimes pas ça prendre l’avion, Chips, dit le Stud après une longue gorgée qui finissait son verre de bière.

– JE M’APPELLE MA RUSH! IL ME SEMBLE QUE C’EST PAS DUR À COMPRENDRE MESSEMBLE? M-A-R-U-S-H TABARNACK!»

Dans un sous-sol d’une maison de Pointe-aux-Trembles par une soirée chaude et humide du mois d’août, le silence se fit. Après quelques secondes de malaise, le Stud parla d’une voix calme et assurée : «Bon, moi je suis pas venu icitte pour me faire crier et me faire sacrer après. Je crisse mon camp. Pousty?

– Y’a une belle terrasse au Bénélux. Lets go!

Entrainés par tant d’autorité naturelle, tous les autres se levèrent et quittèrent l’endroit d’un pas décidé, sans appel. MA RUSH assista à la scène impuissant. Les yeux rougis par l’émotion, il avait la larme à l’œil. Lorsqu’il fut seul, il s’assit à l’extrémité de la table rectangulaire qu’il avait achetée pour l’occasion. Elle était jonchée de bouteilles vides.

Il avait échoué. Il se sentait comme les bouteilles vides sur la table. Jamais plus une telle occasion se présenterait.

– T’ES TOUT SEUL? SONT OÙ LES AUTRES? C’était Karisma qui revenait du rez-de-chaussée avec de la poudre blanche collée aux narines.

– Tout ce que je voulais, moi, c’était faire un blogue où on pourrait raconter nos histoires à nous. On sentait la voix de MA RUSH briser sous les sanglots.

– BEN VOYONS! T’EN FAIS PAS EL GROS! ON VA S’EN FAIRE UN BLOGUE NOUS DEUX! ON VA APPELER ÇA KARISMARUSH! NON, RUSHRISMA! KARUSHMA! TU VAS VOIR ON VA T’ARRANGER ÇA EN TABARNACK! VEUX-TU DE LA POUDRE? AS-TU ÇA TOI DE LA LIMONADE? L’ODEUR DE CITRON DE T’ALEUR ÇA M’A DONNÉ LE GOÛT!

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s