JIMMY 2 FOIS

– Et c’était qui le mec connu?

– Ché pas, mais il était connu. Tiens v’là du weed, roule-nous donc un missile.

Par une fraîche soirée du mois de mai, sur un terrain vague au nord de la ville, deux hommes dans la jeune vingtaine discutent. Le plus grand attrape le petit sac de marijuana que l’autre lui lance. Il place sa la main gauche en cuillère et avec le bout des doigts de la droite égraine une cocotte bien collante. Il est concentré sur ce qu’il fait. L’autre, plus petit et chétif, est excité. Comme à son habitude, il bouge et il gesticule, dans l’attente du spliff. Le grand comprend que le petit a besoin de parler et comme il ne déteste pas les histoires à dormir debout de son pote, il décide de l’alimenter de questions.  «T’as toujours du gros weed, man. Jamais du petit. Avec des cristaux pis tout. Sans joke, comment tu fais? À qui tu l’as acheté celui-là?»

– Je l’ai acheté à Mike. C’est le frère d’une amie de Cyn.

– Cyn? Celle avec des…?

– Bien sûr Arthur! Celle avec des astie de gros totons! Les deux amis rigolent de la remarque inutilement grossière. C’était un des traits de conversation du petit qui plaît au grand.

– Faque Mike est dans gang de Bert the dirt, le gars de la Rive-Sud à qui t’as acheté la dernière fois?

– Nah man, Mike m’a dit qu’y achetait son weed à Jimmy 2 fois.

– Bon un autre. C’est qui, lui, Jimmy 2 fois? En plus t’as toujours des ostie d’noms pas rapport. Pis souvent ça fit même pas avec la personne. Comme avec Bert the dirt. Criss yé même pas sale Bertrand! Y s’pogne plein de femmes! En tout cas, plus que toi pis moi multiplié par 10.

– Ouais mais dans son cas, ça rime. C’est ça qu’y est drôle. Bert the dirt! Mais sérieux tu connais pas Jimmy 2 fois? Tout le monde connait Jimmy 2 fois.

– Non, sérieux je connais pas Jimmy 2 fois, singe le grand d’une exaspération feinte. Je passe pas mon temps à jacasser comme certains.

– C’est beau, ti-gars, prends-le pas personnel, répond le petit faussement sur la défensive. Dans son cas, Jimmy 2 fois, ça le décrit très bien.

Sentant que son ami voulait raconter son histoire mais qu’il attendait quelques encouragements pour ses efforts, le grand laisse échapper un  «Pourquoi?» du bout des lèvres. Et c’est tout ce dont l’autre a besoin afin de poursuivre son récit.

– Parce qu’il tue deux fois, enchaîne le petit content de son effet en guettant la réaction du grand.

– Ben voyons? N’importe quoi, encore une histoire de gang pas rapport comme d’habitude. Le grand n’ignore pas que ça va prendre plus qu’un peu d’incrédulité pour arrêter le petit. Au contraire, ça le stimule. Il va en remettre une couche.

– Tu te rappelles de Bill le pointu?

– Avec la grosse tuque rouge pas d’allure? Le petit acquiesce. Oui oui je me rappelle de lui. Yé rendu où? Ça fait un bout qu’on l’a pas vu non?

– Écoute ben ça. Un soir Bill est allé à un party dans une grosse cabane sur la Rive-Sud. Tiens justement, c’est Bert the dirt qui me l’a racontée cette histoire-là. La place était paquetée. The shit à ce qui paraît! Tout le monde était là…

– Sauf nous ça l’air. Comme d’habitude.

– Ouais sauf nous. Bon. Comme je te disais, tout le monde était là: Tebo le gigolo, Racine la bine, les triplets Bégin, Sandra la pute…

– Ha! Sandra la pute! Ça rime même pas.

– Ouais mais c’est drôle en criss pareille. Bref, la gang de Mike était là aussi. Le party était so fucking fresh que le boss a fini par se pointer.

– Jimmy 2 fois?

– Putain de Jimmy 2 fois yes! Bref, personne ne sait trop comment, mais Bill le pointu a fini par faire chier Jimmy 2 fois. Faque les bodyguards de Jimmy l’ont amené à la piscine et en le pendant par les pieds, ils l’ont mis à l’eau jusqu’aux genoux.

– Ben voyons? Bill a dû le faire chier en tabarnak! C’est une ostie d’histoire de malade! Comment ça tu m’as jamais raconté ça?

– Ben je te la raconte là.

– Pis personne a rien fait pour les empêcher? Bon c’est vrai que j’aurais peut-être pas levé le petit doigt pour Bill à cause de ce qui m’a fait au secondaire, mais quand même!

– Attends, le meilleur s’en vient. Quand Bill a arrêté de se débattre, les deux tas de muscles l’ont sorti de l’eau. Pis c’est Jimmy 2 fois en personne qui lui a fait le fucking bouche à bouche.

– Ben non! Tu me niaises? Je te crois juste pas!

– Veux-tu ben man! C’est une bonne histoire et elle est pas encore finie. Quand Bill s’est réveillé en crachant de l’eau pis toute la patente, Jimmy s’est levé, a sorti son gun et lui a dit : «Man, je te tue deux fois.» Pis il lui a tiré une balle dans tête. Le petit mima de la main le coup de fusil en même temps qu’il racontait l’histoire.

– Devant tout le monde?

– Devant tout le monde. À ce qui parait y’avait plein de sang dans l’eau, c’était malade. Y’avait des boutes de cervelle qui flottaient partout dans la piscine.

– Personne a pensé appeler les cochons?

– Tu les aurais appelés, toi?

– Non.

– Ça répond à ta question, gros malin.

– Tabarnack! Faque Bill le pointu…

– Yes et c’est pas le seul à ce qui paraît.

– Tu veux dire que Jimmy noie toujours les gens avant de les tuer?

– Aucune idée, mais d’après Mike, il les tue toujours deux fois. Disons que ça donne pas envie de fuck avec le gars. D’où son surnom.

– Jimmy 2 fois. Calvaire!

– Putain de Jimmy 2 fois.

Le grand reprend la besogne qu’il avait délaissée tellement il était absorbé par l’histoire du petit. Il sort un papier à rouler et demande au petit de placer ses mains en dessous des siennes pour qu’il puisse verser la marijuana en morceaux dans le Zig Zag sans en perdre une seule miette. Le silence s’installe entre les deux amis pendant que le grand roule le joint. Après avoir finalement introduit le filtre à la plus petite extrémité de l’objet conique qui a la taille d’un petit missile intercontinental, le grand s’apprête à allumer le joint lorsque lentement une question prend forme dans son esprit. La flamme du briquet allumé d’un côté et le joint de l’autre il interrompt l’opération tant attendue par son partenaire de fumette.

– Attends, mais y’arrive quoi s’y réussit pas à les ressusciter?

– Je sais pas man. On s’en fout.  Y crèvent de toute façon. Allume le spliff man!

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Pousty dit :

    Un spliff tout garni pour emporter svp.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s