KUSTARD À LA RESKOUSSE

MA Rush et Roos discutaient de musique sur ces airs d’un blues progressif dans le sanctuaire du métal en ce mois de février. Ils défilaient les meilleurs albums rock de tous les temps. Boston de Boston (1976) représentait un album qui devait occuper une place parmi le top 20 pour MA Rush. Il se rappelait d’ailleurs une virée mémorable avec The Rock au festival du film de Boston en juillet 1996. Il avait pu mettre la main sur un vinyle de Boston. Pour Roos, le top 20 était occupé par Les Beatles, Led Zeppelin, Rolling Stones, Pink Floyd….

Soudainement, comme s’ils étaient issus directement d’un Highway to Hell, Karisma et Kustard arrivèrent rejoindre le duo. Le rythme de leurs gestes et paroles démontraient que quelques lignes de coke les avaient précédés. Ils cherchèrent à s’introduire dans ce défilé musical. Pour Karisma, London Calling de The Clash devait occuper la position numéro 1 de ce classement. Le ménage, en écoutant du Rod Stewart comme cure de désintoxication, s’était arrêté  brusquement. Il s’adressa donc à MA Rush sur un débit effréné, un rythme de bonheur :

-Tabarnak MA Rush! Le bonheur Hostie! Le bonheur, le bonheur criss…C’est cette chanson des Ramones I wanna sniff some glue. C’est Hateful de The Clash. La relation entre un consommateur de dope et son dealer. L’humiliation illustrée à travers la dépendance que le dealer soumet de façon pernicieuse à la vulnérabilité du consommateur…

Roos ne put résister à l’envie de mettre un peu d’huile sur le feu :

-C’est un peu comme l’illustration représentée par l’instinct de survie, Karisma!

Kustard, qui, habituellement, ne cherche pas à limiter les espaces des débats incendiaires de Roos, freina son élan intellectuel :

-Kriss Roos! Krinque-lé pas avec ce diskours subliminal. Ça riske de perturber le klimat de travail de la salle de rédaktion. Karisma a bouffé un May West ensorcelé d’la femme en noir…

MA Rush savait de quoi il s’agissait. Son vinyle de Boston renfermait une chanson inédite. Le chant d’une sorcière : la femme en noir. Il avait été obsédé par son message tout droit issu des ténèbres de l’enfer. Le chant préliminaire de l’enfer de la Divine Comédie de Dante. Il frissonnait juste à y penser. Il avait chassé les démons qui l’obsédaient. Il n’avait plus jamais écouté ce vinyle possédé. MA Rush s’adressa aux autres :

-Karisma a reçu le brutal baiser de la femme en noir. C’est la veuve noire des ténèbres. La voix d’la déroute. Karisma va sombrer dans la démence. Y faut l’aider. Y pourra pus jamais chasser ses vieux démons de la consommation.

Kustard réalisa à cet instant pourquoi il ne pouvait plus le soutenir dans un mode de vie sain.

-Kriss Karisma…l’instinct de survie t’a mené tout droit vers l’abysse relationnel envers la femme en noir. Parles-en à MA Rush. T’as écouté son hostie d’vinyle de Boston. Hostie. T’es en enfer! Y t’faut un purgatoire sakrament. Ça sera plus ke d’faire du ménage en écoutant Rod Stewart.  

Karisma n’avait qu’une seule envie: sniffer une ligne de coke. Où était donc la femme en noir? Pourrait-elle lui fournir sa dope? Son purgatoire sera manifestement déstabilisant pour Karisma. Un retour dans les années 80. Il devra faire face aux démons qui l’ont presque détourné de ses choix de vie actuels. Rio sera l’un de ses alliés avec Phil et Roos. Kustard ne le laisserait pas tomber non plus.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s