MISE SOUS TUTELLE (3)

le

 » Je préfère être le premier pis rien dins poches que riche et d’avoir la deuxième place. »

– Mike Tyson

Godzilla en a viré une solide hier soir… Les tapis de la rédaction sont scraps… Va falloir les sacrer aux vidanges avec toutes les affaires que j’avais ramassées pour la grande vente trottoir. Mon idée était grandiose… Mais aujourd’hui, depuis que Karisma a fait le ménage, mon idée ressemble aux multiples débris de Jabba the Hut qui jonchent le tapis saccagé. Pourtant ça aurait été magnifique. On aurait sorti le BBQ pis toute… MA Rush aurait diverti les belles madames de la résidence, le Stud, qui, paraît-il, est agile comme une chèvre, aurait pu faire quelques tours de cirque pour divertir les enfants des nombreuses familles qui passeraient inévitablement nous voir et qui peut-être découvriraient enfin que nous sommes des gens respectables et civilisés… Faut changer l’opinion des voisins si on veut que les plaintes à la police cessent enfin.

Je le sais pas si vous voyez ça, mais criss que ça aurait été parfait. Pas une de vente de bière de marde ni le conservationniste d’économie de je-ramasse-mes-cennes de Phil. Non, de la récupération écologique qui rapporte. Les gens auraient fait la file pour voir ça! Une campagne virale juste avant sur le web, on décore la ruelle avec plein d’affaires la veille pis criss que nous aurions été en business. Une ostie de bonne idée que je vous dis… Pas d’la marde, comme celle de chien dans la neige fondue que je croise depuis que je marche pour aller rejoindre MA Rush. Le seul encore debout malgré la débâcle survenue. Kustard refuse de sortir de chez lui le temps que son costume de dragon soit nettoyé; Roos a claqué la porte pour montrer son mécontentement; Phil est parti pleurer dans les jupes de sa mère; Karisma dérape solidement, nager dans la Jabba aura sonné le glas de sa réhabilitation.

Je pense que je suis un brin déprimé.. La ville ne m’a jamais paru aussi laide qu’en ce mois de février étrangement doux. Les immondices ne sont probablement pas seulement sur les trottoirs. C’est étrange, jamais rien ne m’abat. Le paternel qui adulait Tyson, Mike par ci, Mike par là, m’aura au moins donné ça… Et le goût de l’alcool! Et c’est probablement pourquoi je me retrouve encore à l’Espace Public pour décanter avant d’aller rejoindre le motocycliste amateur qui m’écrit sans cesse pour me dire que ça fait une heure que je suis supposé être chez lui. Décidément je suis au plus bas. Des vieilles voix surgies du passé chuchotent mon nom. Rio… Rio… C’est moi!…. C’est le bruissement des feuilles mortes qui volent dans la cour d’école… Rio… Tu te souviens de moi?… Réjean!… C’est le battement des ailes des mouches vrombissant autour de la benne à ordure que le concierge ne vidait jamais… RIO!… CRISS, c’est vraiment Réjean!

Réjean, c’est en quelque sorte un ami d’enfance. On a fait la cour d’école ensemble, pis les retenues le soir aussi. Réjean m’aimait bien, mais des fois y’était gossant longtemps. Pis j’avais mes frères… Y’était pas méchant. Un autre kid du quartier que la vie a malmené comme elle l’a fait pour chacun de nous. Nous nous sommes perdus de vue quand je suis parti en Abitibi.

– Criss Réjean! Pourquoi tu chuchotes de même? assieds-toi…

C’est compliqué, continue-t-il de chuchoter. Pas de m’asseoir mais de t’expliquer… Je pensais pas tomber sur toi aujourd’hui. Mais ça fait plaisir de te voir quand même… T’as presque pas changé malgré tes airs de chien battu.. Je sais pas ce qui t’arrive, mais… Non je peux pas parler plus fort… C’est compliqué Rio, si je lève la voix je ne pourrais la baisser ensuite… Non… Une ostie d’histoire… Une chute lors d’une job de marde pour une grande compagnie de construction qui respectait pas les normes de sécurité. Bang… Trois étages de vol plané… Coma… 1 an…  Traumatisé et hospitalisé, ça laisse des séquelles… je suis un cas médical ça a l’air… Oui, j’ai toujours été un cas, mais là c’est spécial… Attends, ça donne soif tout ça… Comment ça faut que tu partes?… Mais non, je te paye une autre bière… je te paye la tournée man… Exact, il va attendre…  Pas vraiment de nom pour le trouble que j’ai. Je peux jamais ralentir ni redescendre.. Ouais je sais, c’est fucké…  Faut juste que je sois zen. Mais le cash ça aide des fois… J’ai reçu un gros gros dédommagement, la compagnie a été déclarée responsable… Mais toi? Laisse faire le c’est compliqué…

Et là j’ai vidé mon sac les yeux dans le fond de ma pinte. Mon idée saccagée avant même de naître. La beauté de la chose…  Dubby qui vend comme un vrai capitaliste. Spitty qui console les ménagères en manques d’amour avec tout ce qu’il souhaite répandre au gré du vent. Karisma qui court partout mettre de l’ordre… Moi qui éteins des feux et en allume d’autres dans le cœur de cette belle équipe au potentiel extraordinaire… Les finances saccagées elle aussi par les idées de marde du grand frère… La soirée désastreuse, la bière affreuse au goût de vomi reptilien, l’état des lieux pis de la gang dans ces lendemains qui ne chantent plus… Malgré qu’aujourd’hui tout semble étrangement vouloir resplendir à nouveau. Réjean, que le hasard à mis sur ma route, s’offre pour nous aider. Il veut s’impliquer dans notre projet. Une occasion pour lui, une bouée pour nous. La mer se calmerait? Nous l’aurions apaisée à force de boire… Conjurer le sort à grand coup de pintes, faut croire que ça arrive parfois… Quand on sait s’arrêter à temps. Quand on ne plonge pas au fond de l’eau pour déterrer des vieux trésors enfouis qui hurleront leurs colères passées…

« Tu te rappelles la course, Rio, tu t’en souviens? » hurle Réjean en se levant . « Tu te souviens que je courais toujours le plus vite. J’avais beau être le plus petit, y’en a pas un qui me clanchait… TU T’EN SOUVIENS RIO…. Hahaha… Tu pensais que je pourrais pas te battre comme tu penses aujourd’hui que je peux pas gérer ton blogue de tout croche… Tu m’as toujours regardé de haut, Rio.. » me dit-il debout sur la table… Il vocifère ses frustrations et ses complexes. Il postillonne sa colère pis sa bière…  « On va régler ça drette là… Tu vas voir que je suis ben meilleur que vous le pensez, toi pis tes frères. » ose-t-il… « MÊLE PAS MES FRÈRES À ÇA!!! » que je crie à tuer des têtes…  « ON VA LA REFAIRE LA COURSE. PIS SI JE GAGNE, JE PRENDS EN CHARGE LE BLOGUE… TU GAGNES, TU TE DÉBROUILLES AVEC TES TROUBLES… » riposte l’enragé qui s’emballe.

Et c’est comme ça que nous nous retrouvons devant l’Espace Public. Nous avons bloqué la rue et rameuté les badauds. Établi une ligne de départ et la ligne d’arrivée. Nommé des juges et des arbitres. Les quéteux du Tim nous encouragent de leur sourire dégarni pendant que les cafés sont abandonnés derrière la vitrine. Les enfants ont délaissé les bâtons de hockey et leurs patins pour assister au remake de cette course historique et décisive. Les vieillards retrouvent leur jeunesse. L’enjeu est crucial pour le blogue… La Plaza Ontario sera l’arène; les passants, la foule en liesse; les klaxon des chars, les trompettes qui annoncent la lutte. BANG! Réjean part en lion… C’est la gazelle et le guépard en une seule et même personne. Entre imaginer courir vite pis le faire, je découvre la différence. Je suis en nage, mes jambes, lourdes à fracasser le bitume, ne coopèrent pas. Je vais perdre… Vais-je me laisser humilier par un hurluberlu surgi du passé? IMPOSSIBLE… Et je hurle, je beugle, les vitres du Pawn shop tremblent avant de se fracasser… Je mugis, je suis les trompettes de Jéricho. J’implore MIKE tel un shaman fou et je m’envole. MIIIKKKKE TYSSSSON…. Je suis le vent de la tempête. Je suis Jonathan le goéland. Je suis à deux pas de Réjean. Nous sommes côte à côte. Nous sommes Usain Bolt et André De Grasse version trash. La foule s’est tue. Les conducteurs ont délaissé leur véhicule qui ne vrombissent même plus. Le silence s’est abattu sur la rue… Nous sommes au coude à coude. Le temps retient son souffle… Les horloges n’égrainent plus leurs tic-tac. Les cameramans ont délaissé leurs caméscope qui ne tournent plus… Sauf un seul qui par lui-même zoome sur mon lacet qui imperturbablement se détache comme une ficelle meurtrière…

Un estie de lacet détaché…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s