ENDORPHINE

Le point de rencontre était le Cheval Blanc. Malgré le soleil qui se permettait une rare percée, le Soldat avait choisi de siroter son premier vin d’orge de la journée à l’intérieur de l’établissement légendaire. MA Rush l’accompagnait en silence en textant à l’une de ses admiratrices, de plus en plus nombreuses doit-on spécifier.

Kustard et moi n’avons perdu aucune seconde pour commander une première consommation. Ce Kong-Kong vieilli en fût de cognac est tellement incroyable qu’on ne peut s’en passer quand on est dans le coin. Et en prendre un deuxième quand mon frère Rio pointe sa sale tronche.

De quoi parle cinq gars autour d’une bière un mercredi soir? D’amour, de politique, de problèmes sociaux. Même si la serveuse est jolie, même si MA Rush texte à un rythme olympique et même si le printemps excite les sens; ça vous en bouche un coin n’est-ce pas?

******

Après un souper au St-Bock, il était temps de se séparer de Rio le pas métalleux du groupe et de se diriger vers le Métropolis, là où se produisent Prong, Sepultura et Testament. Est-ce la pinte de cette IPA Sanguinaire qui a causé des flammèches dans le cerveau de mon frère? Résultat: il décide de s’acheter un billet afin de poursuivre sa soirée avec nous. Heureusement, nous n’avons pas à prendre un escalier mobile aujourd’hui…

À lire: Rio le plongeur

Prong est déjà en train de détruire les tympans quand nous arrivons au Métropolis. Le Soldat et moi nous installons à quelques pieds de la scène. Un bel apéritif comme on dit dans le milieu. Le batteur hyperactif en met plein les yeux alors que ses deux compagnons prennent toute la place à l’avant, petite place ceci dit. Lorsque Snap Your Fingers, Snap Your Nack, je dois vous avouer que je suis kinké; ça me replonge au milieu des années ’90, une des plus belles époques de ma vie. Comme au Bleu et Noir, je chante cet hymne contagieux:

Nothing breeds more contempt for this world
Than memories now formed
Every moment a new seed
Is grown to no reason the trouble unfolds

For the trials of today
I’m no jury really don’t care how you feel
The pleasant notion of miraculous change
Drifts into multiple jeers, jeers, jeers

You want the good life, you break your back
You snap your fingers, you snap your neck

******

Quand Sepultura débute sa prestation, Kustard perd le contrôle de son corps. MA Rush ne peut malheureusement plus texter car il doit tenir les lunettes du Kaptain qui thrashe tel un sanglier en colère. Il est peut-être petit, mais on l’aperçoit en tout temps grâce à sa cape. Est-elle collée à son corps? On ne sait pas, mais par miracle elle résiste à tous les coups…

Rio, lui, est planté en avant et fixe de façon insistante le chanteur brésilien. Euh, le chanteur américain de cette formation brésilienne. Derrick Green pour être précis. Une pièce d’homme comme il ne s’en fait pas beaucoup. Du muscle, de la grâce, du style, de la puissance. Mon frère a clairement des idées en tête. Et ce ne sont pas les canettes de Molson Canadian qui le calmeront!

******

Au tour de Testament de bombarder la foule. L’artillerie lourde du band inspire la foule, ça bouge allègrement dans mon coin. Rio est disparu. MA Rush tient des lunettes, le Soldat repousse des thrashés et Kustard voyage dans sa tête et dans le pit. Le Stud? Non, il n’est pas là. Le pauvre ne sort plus depuis que son pool de hockey est en chute libre. Une petite bête orgueilleuse. Je suis impressionné par le jeu des guitaristes, particulièrement par celui d’Alex Skolnick. Qui a dit que le thrash était un style brouillon? Pas mal de précision dans mes oreilles en tout cas. Seul bémol, la voix de Chuck est un peu enterrée à l’avant, mais rien de dramatique pour autant. Une belle setlist qui mélange les hits des années ’80 et les morceaux plus récents. Les gens sont heureux, la messe métallique atteint son objectif!

******

En quittant les lieux un peu amoché, je me demande si mon frère est encore dans les environs. C’est à ce moment précis que je reçois un texto de sa part. Ne t’inquiète pas mon Bro, je suis entre bonnes mains. Je quitte vers Toronto cette nuit avec les boys de Sepultura. Je te raconte tout ça à mon retour. Ciao!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s