LETTRE A RIO

le

Salut le frère,

T’as quitté le pays sur un coup de tête, t’en avais sûrement besoin. Une mauvaise passe te collait à la peau comme si tu t’étais oint avec un onguent maléfique. Quelques déceptions ont mené à certaines dérapes et ta consommation est rapidement devenue plus impressionnante que celle de notre Spektomobile. J’espère profondément que le sud te donne ce que tu cherches.

En passant, où es-tu rendu? J’ai cru comprendre que tu commençais par le Mexique. En tout cas, ce serait logique avec tous les étranges messages que j’ai reçus quotidiennement une semaine après ton départ. Dix jours que le manège a duré. Il y a eu des appels téléphoniques, avec une voix hispanophone au bout de la ligne. D’abord en espagnol, je pense, puis en très mauvais anglais. Je comprenais presque mieux en espagnol. C’était pourtant bel et bien ton numéro qui apparaissait à l’écran. Et le type semblait toujours réclamer des pesos ou des dollar américains à la fin de ses phrases. Puis il y a eu des envois massifs de photos par Messenger. Plusieurs dick pics, clichés de Dolly et toi en positions compromettantes et, comble de l’horreur, une photo de toi à quatre pattes avec le dildo de Lips planté là où le dos perd son nom. En fait, c’est pas tant la vue de ton cul bien bourré qui m’a traumatisé, mais ton visage à 45 degrés qui laisse trop facilement deviner ton intense bonheur…

Coudonc, t’es-tu fait kidnapper? Les Mexicains t’ont-il vraiment pris pour Hugh Laurie? J’veux bien croire que tu lui ressembles un brin, mais il faudrait qu’il tombe sur le crystal meth pendant au moins un an pour que la comparaison puisse tenir. Anyway, ce scénario est peu probable. Ton anglais est tellement minable, pire que le type au téléphone en fait, que c’est impossible de passer pour le comédien anglais à l’accent écossais.

Bon, je m’éloigne un peu du message que je voulais t’envoyer mon Bro. Je sais que c’était tendu entre nous deux avant ton départ. Plusieurs désaccords nous rendaient la vie difficile. Sans oublier les vestiges de notre paternel qui remontaient à la surface. D’ailleurs Phil est pas mal de retour dans les jupes de sa mère depuis deux semaines… Ceci dit, je tenais juste à te dire que j’ai crissement hâte que tu reviennes ici, je m’ennuie cruellement de toi. Amène ta face lette au plus sacrant, on a beaucoup de pintes à reprendre et des discussions à poursuivre. L’été est pas très amusant depuis que t’es parti.

À bientôt j’espère…

Roos

hugh

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s