RIO EN UN MORCEAU

Le frère est enfin de retour après une longue escapade. On a jasé de tout et de rien pour reprendre le temps perdu et retrouver nos repères. Rio m’a manqué pas à peu près ce dernier mois. Autant je l’aurais shippé dans un container pour la Corée du Nord juste avant son départ, autant les journées manquaient de sel après une semaine sans lui. C’est empli d’une incommensurable joie que j’ai retrouvé mon bro au St-Bock, accompagné d’une joyeuse bande de lurons pour l’occasion. La chaleur était au rendez-vous à deux pas du Gentlemen’s Choice…

Entre chaque gorgée, Rio racontait ses péripéties avec beaucoup de fébrilité. Tellement que le couple à côté de nous croyait à un certain moment qu’il s’agissait d’un récit de gang bang dans le métro de Mexico City. Remarquez que ça ressemblait à ça aussi. Les gringos se sont fait taponner un peu partout et certains se sont même fait vider la poche. Je comprends maintenant les photos et les appels de juillet!

Entendre Rio narrer sa nuit à quelques mètres d’un volcan en semi-éruption nous a captivés. Nous, c’est Phil, Gama, Dubby et moi. Parce que, il faut le dire, Pousty, MA Rush, Karisma et Spitty s’en crissaient pas mal. MA Rush n’arrêtait pas de parler de Muse comme une encyclopédie humaine et Spitty boudait parce qu’il n’était pas le centre d’intérêt même si c’était sa journée d’anniversaire. Pauvre petit, il faisait presque pitié. D’ailleurs, il a presque pleuré quand on lui a fait remarquer qu’il ressemblait énormément à Michel Villeneuve…

Quand MA Rush est parti rejoindre sa Muse, nous nous sommes dirigés au Benelux, là où certains souvenirs avaient besoin d’être réécrits. La dernière rencontre s’était un peu mal terminée avec un plongeon désormais historique. Mettons que l’ambiance était une fois de plus survoltée à cet endroit. Karisma posait ses questions débiles à Dubby et celui-ci réagissait comme un gamin fâché de 10 ans à chaque fois. Même si Karisma tentait de lui faire comprendre que c’était un jeu et qu’il ne devait pas être si fermé, Dubby lui répondait toujours en brandissant un doigt menaçant en sa direction: « Chu le gars le plus ouvert d’la gang mais il faut que ce soit moi qui pose les questions ou offre les choix! » Pendant ce temps-là, Rio, Phil et Gama enfilaient des shooters au grand bonheur du serveur moustachu qui trouvait notre groupe très divertissant. Spitty, silencieux, broutait son smoked meat en textant des mots doux à sa blonde. De temps en temps, il buvait une petite gorgée de sa Session IPA en regardant sa montre. Puis quand on a décidé d’en prendre une dernière ailleurs, il a quitté pour la maison, le verre encore à moitié plein et les yeux humides.

Au Cheval Blanc, Rio était revenu Rio. Il tapait du pied, dérangeait la clientèle tranquille de la place et buvait dans tous les verres sur la table. Quand lui et Karisma ont décidé de frencher les joues de Dubby, je savais que la soirée tirait à sa fin. Gama a visité le plancher deux fois avant de partir avec son vélo, Pousty a enligné une pizzeria avant de prendre le métro, Rio et Phil ont choisi de renter à pied et Karisma s’est mystérieusement évaporé dans la nature. De mon côté, j’ai décidé de m’asseoir une petite heure dans un parc, café en main, pour apprécier pleinement le moment présent, malgré la présence d’un type nerveux qui tentait tant bien que mal de se shooter sa dose de bonheur. Rio est de retour, j’ai enfin retrouvé mon frère, mon ami, mon complice. La vie est une belle salope quand elle le veut…

À LIRE ÉGALEMENT

LETTRE À RIO

LE PLONGEON DE RIO

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s