TENDRE MIE (ou l’amie tendre)

Il t’arrive parfois d’entendre des conversations un peu plus spectaculaires que d’autres? Ça détonne tellement par rapport à la norme que tu te demandes si c’est la réalité ou simplement un rêve étrange. Hier, une histoire abracadabrante de Granny nous a tous subjugués au dîner. Déjà que le ton était léger avec l’humour grivois de Marcel et les réflexions douteuses de Karisma, on sentait que la discussion collective se dirigeait lentement mais sûrement vers un fossé de mauvais goût. On ne s’attendait cependant jamais à tomber dans un tel gouffre disgracieux, chute surtout provoquée par une dame habituellement plus réservée quand les acteurs autour d’elle prennent autant de place.

Alors que Mafalda et Nugget animaient le débat à propos de l’utilité du Real Touch, un supposé populaire cybermasturbateur, Granny nous a raconté qu’elle connaissait un homme qui n’avait besoin que d’un pain Weston bien frais assisté d’un brin d’imagination pour satisfaire ses besoins sexuels en période de célibat. T’aurais dû voir la face des gens lorsqu’ils ont entendu ça; des bouches ouvertes, des yeux écarquillés et une lignée de points d’interrogation au-dessus des têtes! Granny n’en revenait pas qu’aucun gars présent ne connaissait cette technique ingénieuse et peu dispendieuse, comme si on était juste des pervers dégénérés en quête de sensations fortes à chaque montée de désir.

– Jamais entendu parler de ça, a dit Karisma avec un air faussement dégoûté. Peut-être un oreiller, une craque de divan, une pile de linge souillé, une paire de bas, un melon mûr… mais un pain Weston? C’est weird en esti!

– Le type ajoutait une certaine quantité d’eau chaude à l’intérieur du sac avant de le refermer. Puis il trouait l’autre extrémité, ainsi que la croûte, en fonction du diamètre de sa verge…

– C’est assez, Granny, on peut imaginer le reste plutôt facilement, me suis-je permis d’exprimer de façon ferme pour calmer la joie qui commençait à se dessiner sur le visage de Karisma.

Je sais, je ne suis pas le plus crédible pour jouer les âmes prudes, mais là, je sentais l’ambiance malsaine qui envahissait les lieux. Il fallait calmer le jeu alors qu’il en était encore temps. La dérape fatale naissait entre les lèvres de Marcel, il fallait lui couper l’oxygène au plus sacrant…

*******

La stratégie avait porté fruit, personne n’était revenu sur le sujet boulanger. Je me suis permis d’en jaser avec MA Rush en soirée au show de Rouge Pompier et il n’en croyait pas ses oreilles.

– Voyons donc! Du pain Weston, ça existe encore? Ça doit dater ces affaires-là. Pis fourrer du pain, vraiment? Du ben drôle de monde en tout cas, un peu comme ceux qu’on croise dans les shows gratuits ici et là. Granny connaît d’étranges personnes si tu veux mon avis…

*******

En revenant de St-Philippe, mon cell a vibré dans mes poches. J’ai immobilisé la Spektomobile dans la garnotte d’un semblant d’accotement pour lire mon message. Ça venait de Karisma. Une phrase: Finalement, c’est pas bête du tout comme idée! Sa missive était accompagnée de quelques photos. Compte pas sur moi pour te les montrer, c’est trop décourageant. Mais je vais quand même répondre à la question que tu dois te poser: non, le pain utilisé n’était pas un pain Weston…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s