GIA ET LES DERRIÈRES

Il est important de savoir assurer ses arrières et ceux de ses amis quand une situation se corse un peu. Cependant, pour certains trucs, il vaut parfois mieux juste ne rien tenter, ne rien dire. Je l’ai appris à mes dépens hier soir, leçon administrée sévèrement par mon amie Gia. L’uppercut final laisse encore des traces ce matin…

La semaine de travail ayant été péniblement longue malgré ses quatre jours, la bière coulait à flots au Vices & Versa; le weekend devant démarrer du bon pied. Premier arrivé, je dégustais ma DIPA des Trois Mousquetaires accompagné de ma psy virtuelle en attendant mes joyeux compagnons. Elle me traitait de couleuvre et de gros twit à chaque 4-5 répliques. Elle est comme ça ma psy, elle me veut mais me trouve tellement insignifiant à la fois. En fait, je suis carrément son dildo humain lorsque sa libido se réveille. Quand le désir monte en elle, ses demandes pleuvent par texto. « Arrive ici avec ton Magic Bullet, Roos, ça presse! » « Prêt pour ta thérapie face up ass down mon gros loup? » « Un dernier verre à même mon fût? » et j’en passe car Gia m’a demandé d’arrêter de donner trop de détails dans mes histoires.

Le problème survient quand je ne donne pas suite à ses propositions indécentes. Elle se fâche et devient un brin rugueuse. Me qualifie de tous les noms et adjectifs qui lui passent par la tête. Me menace de ne plus me recevoir. Me reproche tous les maux de la planète. Malgré l’habitude, ça provoque toujours en moi ce pincement au cœur. Anyways, assez pour la psy dans cette chronique, ce n’est que de la petite bière à côté de ce que Gia m’a dit hier soir…

Ça faisait une bonne heure que MA Rush et une des jumelles scientifiques m’avaient rejoint lorsque trois autres personnes sont arrivées. Remarque cher lecteur que je n’ai pas nommé les gens (à l’exception du sympathique motard, un personnage central du récit) car je ne veux surtout pas attirer les foudres de Gia! Les conversations allaient bon train et la serveuse ne chômait point. L’ami cycliste tentait de nous expliquer que l’écart d’âge dans un couple peut être source de raillerie alors que le couple de l’ouest pestait contre la circulation et la construction, dans l’ordre ou le désordre.

Quand Gia est arrivée, seule car ses invités avaient tous chocké, le cycliste est parti: son souper l’attendait supposément à la maison. MA Rush s’est alors retrouvé dans une drôle de position: il devait nous raconter sa dernière date. Vois-tu, mon récent article sur Philozique.com a mis le sosie de Sting sur le spot (lire MA Rush à l’EtOH). Gia n’avait même pas reçu son premier verre qu’elle fustigeait du regard celui qui avait osé s’enfuir en courant. J’avais beau défendre mon ami, expliquer à Gia que MA Rush était également une victime puisqu’il avait été floué, tenter de déplacer le débat ailleurs… rien à faire, MA Rush était dans l’eau chaude. Et plus j’essayais de l’aider, plus je l’enfonçais dans le steamer, plus je me mettais également dans le trouble. Gia ne nous trouvait pas drôles.

MA Rush a cru bon revenir sur certains trucs. « Mettons que 95% de la version de Roos était plutôt véridique. Un peu d’enrobage pour que l’histoire se lise bien et c’est correct de même; l’esprit de l’aventure est respecté. Mais si vous saviez tous les détails que je n’ai pas racontés à Roos, vous comprendriez encore plus mon désarroi du moment. » Gia l’a invité à poursuivre en calant sa bière tout en callant sa deuxième consommation avec vigueur. (Avoue que calant et callant dans la même phrase, c’est pas à tous les jours que tu lis ça!) « Ce que j’avais pas dit l’autre jour, c’est que la fille en question était vraiment, mais vraiment louche. Roos a inutilement exagéré pour le poids, c’était pas la fin du monde. Mais les dents, c’était quelque chose. Sur les photos, sa bouche était parfaite. En personne, ça ne se décrit même pas. Du brun et des trous, voilà ce que je voyais! J’étais assommé et elle n’avait pas encore dit un mot. Quand elle a parlé, j’ai chuté d’un autre étage. La même voie que La Poune! J’entendais juste  » La rousse est douce » en boucle dans ma tête. Et quand j’ai aperçu dans sa sacoche, digne d’un sac de bowling, deux bouteilles de 50, j’ai compris que le cauchemar ne se transformerait jamais en belle histoire… »

Deux bières et une assiette de ribs plus tard, Gia payait encore une traite à MA Rush. D’après elle, ça ne se faisait pas fuir de la sorte. Le couple n’osait pas trop s’en mêler et la jumelle scientifique tentait tant bien que mal de ne pas s’esclaffer en guise de solidarité féminine. Et c’est là que j’ai commis l’ultime faux pas, celui qui provoquerait la réplique assassine de la soirée. En voulant défendre une fois de plus mon pote, la langue m’a fourchu. De ma bouche est sortie une phrase de trop. Je pouvais dire n’importe quoi, ça passait très bien jusque là. L’écoeurant, c’était MA Rush de toute façon. Mais quand j’ai osé prononcer le nom de la fille, Gia a explosé. MA Rush n’existait plus. Le couple et la jumelle scientifique non plus. J’étais le point rouge que le taureau nommé Gia chargeait. Et après quelques échanges musclés, dégoûtée de la vie, Gia m’a lancé au visage la pire insulte de ma vie. Je n’avais plus rien à dire. Bouche bée j’étais. On a tous payé nos factures puis levé les feutres. Baise à la maison pour le couple, café-dessert pour Gia et la jumelle, karaoke pour MA Rush.

De mon côté, je suis allé m’étendre quelques heures dans la Spektomobile pour ruminer intérieurement. Le coup avait frappé durement. On peut me traiter de n’importe quoi, je m’en remets assez vite pratiquement tout le temps. Mais cette fois-ci, Gia est allé vraiment loin. Elle m’a traité de Rio…

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s