Petite critique cinématographique d’un triste jeudi soir.

Phil Spekto s’ennuie souvent la semaine. Il a même des pointes de nostalgie les jeudis, allez savoir pourquoi. Mais comme ce n’est pas le propos de cette chronique, je vais éviter le sujet qui n’intéresserait probablement pas beaucoup de monde, sauf quelques lecteurs étudiants à temps partiel en psycho ou de vieux adeptes de Freud…